Immobilier d’entreprise : les différentes classes des immeubles de bureaux

Façade d'immeuble de bureaux avec reflet sur le centre des affaires

« Je tiens un bel immeuble de classe A ! » Si vous avez un peu d’expérience dans le domaine de l’immobilier d’entreprise, vous avez probablement déjà entendu cette phrase. Les immeubles de bureaux répondent à différentes classes, attribuées par les agences. A quoi correspondent ces grades et quelles en sont les différences ? Zoom sur la classification des biens immobiliers pour les entreprises.

Bien immobilier : les besoins des entreprises

Une entreprise a besoin d’un local pour pouvoir pratiquer son activité. Pour trouver un bien, elle fait appel à une agence immobilière de bureaux. Ce marché de l’immobilier connait un essor fulgurant et rencontre des problématiques contemporaines. En effet, les immeubles doivent répondre aux besoins modernes des entreprises, en termes d’espace et d’aménagements.

Souvent, un immeuble de bureaux est habité par un ensemble d’entreprises locataires ou propriétaires, réparti sur plusieurs étages ou en espace de coworking. Le lieu doit être équipé de réseaux de communication, d’électricité, ainsi que d’un bon système de sécurité et de circulation verticale (ascenseurs et escaliers).

Un immeuble de bureaux est donc plus ou moins attractif selon son secteur et son agencement. La qualité des espaces communs, comme le hall d’entrée, le parking et les sanitaires, joue un rôle incontestable lorsqu’il est temps de réaliser une estimation immobilière du bien.

 

Plusieurs immeubles de bureaux vus en contre-plongée
gettyimages.fr

Classes A à C : les différentes caractéristiques des biens

Selon la qualité du bâtiment et la manière dont il répond aux besoins des entreprises, l’immeuble est ensuite classé par l’agence. On lui attribue alors un grade A, B ou C (parfois même D), pour donner une idée générale de sa valeur vénale.

Voici un récapitulatif du guide publié par le Urban Land Institute, le Office Development Handbook.

  • La classe A : ces immeubles de prestige sont incroyablement bien situés, facilement accessibles et de haute qualité. La plupart du temps, leurs locataires sont des entreprises de forte influence. Récemment construits, les locaux sont réalisés avec des matériaux durables.
  • La classe B : les immeubles de ce grade sont de bonne qualité. Bien situés et bien gérés, ils ne doivent être vendus qu’avec très peu de détérioration matérielle et de désuétude fonctionnelle.
  • La classe C : ces immeubles sont généralement anciens, construits depuis 15 à 25 ans, mais sont néanmoins sollicités par les petites entreprises.

Pour en savoir plus sur les différentes caractéristiques des classes, parcourez ce livret sur la gestion immobilière (PDF).

 

Deux hommes d'affaires en costumes qui discutent à un bureau
gettyimages.fr

Classification des immeubles de bureaux : un jargon immobilier

Si la classification des immeubles de bureaux semble technique, elle n’en reste pas moins un code de langage entre les professionnels de ce domaine. En effet, elle sert uniquement d’indication sur les études de marché, pour se faire une idée du type de bien.

Les différents grades se fondent sur des critères matériels, dits physiques, et sur la situation géographique et historique d’un bâtiment. Néanmoins, il ne s’agit pas d’une science exacte et il est toujours nécessaire de faire estimer le bien immobilier par un professionnel avant de rédiger le bail.

La classification des immeubles de bureaux est donc relative à chaque agence, selon le professionnalisme des agents commerciaux. Parfois, un immeuble ancien mérite le statut de classe A grâce au cachet de son architecture ou à sa renommée. Parfois, un bâtiment médiocre en centre-ville devient un bâtiment prestigieux en banlieue ; il faut alors préciser son secteur.

 

Comme vous pouvez le constater, la classification des immeubles de bureaux est en réalité un jargon propre à chaque agence immobilière. Certaines ajoutent des cotes (« immeuble de classe A ++ ») et d’autres des termes (« immeuble Prestige »). Si vous travaillez dans l’immobilier d’entreprise, renseignez-vous sur le vocabulaire de votre société avant de l’employer avec vos collaborateurs.

Articles relatifs