Industrie : comment entretenir les joints en caoutchouc ?

Industrie : comment entretenir les joints en caoutchouc ?

joints

Les joints en caoutchouc sont indispensables dans l’industrie. Ils assurent l’étanchéité de nombreux équipements. Les joints Viton (FKM/FPM ou NBR) et les joints EPDM ont toutefois des utilisations très différentes et nécessitent un entretien spécifique qui respecte leurs propriétés. Voici de plus amples informations sur les modalités d’entretien des joints en caoutchouc.

Comment entretenir un joint EPDM

Le joint EPDM

(éthylène-propylène-diène monomère) est utilisé dans de nombreux domaines en tant que joint d’étanchéité (toiture, robinetterie, lave-linge, lave-vaisselle, automobile). Il résiste au vieillissement, à la lumière, aux milieux acides, aux températures élevées ou basses, à l’ozone et aux fluides hydrauliques difficilement inflammables tels que les liquides de frein. En revanche, le caoutchouc EPDM ne supporte pas les hydrocarbures aromatiques, aliphatiques et chlorés. Pour entretenir le joint EPDM, on peut passer une couche de vaseline ou de silicone, ce qui empêche le craquèlement suite au dessèchement du joint.

L’entretien du joint Viton

Employé pour l’étanchéité dans l’industrie, le joint Viton existe sous forme de caoutchouc nitrile (NBR) et de caoutchouc fluorocarbone (FKM ou FPM). Très imperméable aux gaz, le joint Viton FPM (de couleur verte) résiste aux huiles minérales, aux hydrocarbures aromatiques et aliphatiques (essence, propane, butane) au gazole et aux fluides difficilement inflammables des groupes HFA, HFB et HFC. En outre, il ne craint pas les températures atteignant 250 °C. Par contre, il ne résiste pas aux cétones et aux fluides hydrauliques difficilement inflammables comme le liquide de frein. Le Viton NBR (de couleur noire) a de meilleures propriétés mécaniques, mais ne résiste pas aux températures dépassant 110 °C ni aux hydrocarbures chlorés, aux esters, aux solvants polaires et aux fluides hydrauliques difficilement inflammables. Pour entretenir un joint FPM ou NBR, il faut utiliser de l’huile ou de la graisse après avoir méticuleusement nettoyé la surface du joint avec un solvant et un papier sans poussière.

Articles relatifs